lundi 11 juin 2012

[Billet] L’éthiopie & France Telecom : La censure main dans la main

Je rappelle que l’utilisation de Skype
dans ce pays est punie de 15 ans de prison 
Nous partageons aujourd'hui un article écrit par le devenu légendaire Yannick B. qui nous avait déjà fait l'honneur de nous expliquer où en était Hadopi, un an et demi plus tard (1).

Cette fois-ci, il vient nous parler de l'Ethiopie (oui, un sujet dont on n'a strictement jamais parlé sur ce blog) qui est en proie comme dans toutes les nations du monde, à un resserrement de la vigilance de l'Etat par rapport aux citoyens et à l'Internet.


Nous y sommes. Oui, la France (j’hésite sincèrement à mettre la majuscule), via France Telecom vient d’accompagner l’Ethiopie du côté obscur de la force.

Elle vient s’ajouter à la liste plutôt inquiétante des pays ayant choisi d’utiliser une des technologies les plus intrusives, anticonstitutionnelle et liberticide qui puisse exister. Avec l’aide de France Telecom, le gouvernement Ethiopien vient de généraliser le DPI (Deep Packet Inspection) à tout le pays. Cette bouse technologique permet en gros d’intercepter (et du coup de rediriger ou filtrer) des paquets IP. Il n’est donc possible d’accéder qu’aux sites « agréés » par le gouvernement.

En effet, selon l’un des membres du collectif TOR, la courbe des connectés à Internet depuis l’Ethiopie a considérablement chuté (2). Sur le « modèle Egyptien » lors du printemps arabe, l’objectif inavoué est évidemment de pouvoir censurer mais plus généralement d’anticiper un éventuel soulèvement citoyen.

L’opérateur EthioTelecom qui détient le monopole de l’accès Internet dans tout le pays (évidemment sinon ce ne serait pas marrant) approuve. Je rappelle que l’utilisation de Skype dans ce pays est punie de 15 ans de prison (dur de contrôler un soft crypté, la base). Merci à France Telecom mais également à EthioTelecom avec la citation de son PDG (qui n’est autre que Jean-Michel Latute, pion de FT), ma préférée :
« On utilisera une partie de ce service pour contrôler notre bande passante. Ça nous aidera à éviter que des clients abusent, en téléchargeant plein de films, par exemple. C’est un instrument très utile. »
L’excuse officielle est évidemment toujours la même : Nettoyer Internet de tous les violeurs / pédophiles / tueurs / cyber-assassins / braqueurs de vieux / criminels en tout genre, mais surtout les méchants pirates qui téléchargent illégalement. En gros : tous ceux qui transgressent la Loi. (Cette fois je vais mettre une majuscule).

Je rappelle simplement que le débit Internet en Ethiopie est une vaste blague. Selon Internet World Stats, il y avait 622,122 abonnés à Internet « haut débit » au 31 Décembre 2011 sur un pays de plus de 90 millions d’habitants (3). 24h pour télécharger un épisode de Plus belle la vie, ça calme. Excuse bancale donc.

Le ministre des télécommunications Ethiopien (qui a été surnommé « Jammer ») pour avoir développé une capacité de brouillage des médias étrangers n’a pas souhaité s’exprimer sur l’utilisation du DPI, par manque de temps.


Une nouvelle fois la France (le pays des droits de l’homme, ndlr), rayonne par son ouverture, sa classe et son incroyable capacité à faire passer la morale avant l’oseille.

Notes :
(1) La Théorie du Tout, Yannick B, Hadopi, 470 jours plus tardhttp://www.theorie-du-tout.fr/2011/04/billet-hadopi-470-jours-plus-tard.html
(2) TorProject.com : Ethiopia introduces Deep Packet Inspectionhttps://blog.torproject.org/blog/ethiopia-introduces-deep-packet-inspection
(3) Internet World Stats, Africa : http://www.internetworldstats.com/stats1.htm#africa
(4) La Croix, Nicolas Henin, En Ethiopie, France Telecom accompagne la censure d'Internethttp://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/En-Ethiopie-France-Telecom-accompagne-la-censure-d-Internet-_NP_-2012-06-10-816727




Aucun commentaire:

Publier un commentaire