jeudi 22 avril 2010

La brute, le truand, et .. le truand : Quand même le gendarme est dans le coup !

Encore une information fort intéressante rapportée par notre ami Pierre Jovanovic (http://www.quotidien.com). 
Il nous rapporte un rapport intéressant en provenance (1) de la SEC (Securities Exchange Commission) qui est un peu le "gendarme de la bourse" aux USA. 

Vous devez avoir entendu parler de la secousse qui a touché les marché alors que Goldman Sachs était trainée devant les tribunaux la semaine dernière. On s'est tous dit : Enfin ! Enfin on va un peu les punir ces salaud. Pensez-vous ! La SEC n'est pas ce que l'on croit ...
VOL AU-DESSUS D'UN NID DE CORROMPUS (Goldman Sachs acte I)
Comme à son habitude, la quasi totalité de la presse économique française est passée à côté de la vraie bombe médiatique désamorcée vendredi dernier puisque tout le monde a embrayé sur Goldman Sachs. Voici ce qui s'est passé: un rapport officiel de 159 pages de la SEC signé par l'Inspecteur Général David Kotz a établi que les anciens :-) de la même SEC, savaient en réalité que le banquier Stanford faisait une escroquerie pyramidale de 8 milliards avec ses fonds d'investissements depuis... restez assis... 1997 !!! 
Oui, le milliardaire Stanford, celui qui avait déclaré "c'est bien d'être milliardaire" sur CNBC. "The Securities and Exchange Commission knew that Allen Stanford was involved in a Ponzi scheme as far back as 1997". Ce que dit l'inspecteur est dramatique "the scheme was able to continue for so long due to "institutional influences" within the SEC, and the agency's desire to chase after slam-dunk cases". Stanford a même été aidé par un haut responsable de la SEC... Arghhh Au secours... Help. Si vous ne me croyez pas, eh bien lisez ici ce communiqué de presse de la.. SEC (1). C'est beau. Ces Américains sont des grands enfants. Lire aussi CNBC (2).
La publication de ce rapport nucléaire et dévastateur, et sa reprise sur toutes les télés de la planète, aurait décribilisé à jamais Washington, Obama et les US, sans parler de la SEC qui avait déjà fermé les yeux sur Madoff. Cela aurait été la 2e mega affaire et aurait prouvé la corruption totale de Wall Street et surtout des policiers de la SEC ainsi que de la classe politique. En catastrophe donc, la SEC a allumé un contre feu géant en convoquant la Goldman Sachs et celui qui a conçu les CDS toxiques basés sur la chute du marché immobilier grand public, John Paulson de Paulson Inc, devant les tribunaux pour une fraude de 1 milliard (3)
Des CDS, rappelons-le, vendus avec enthousiasme dans le monde entier par la Goldman Sachs. Donc, voilà la vraie raison pour laquelle les policiers de la SEC ont donné le dossier Goldman sachs à Gretchen au New York Times. 
Les journalistes du Wall Street Journal sont passés totalement à côté. Le feu a d'autant mieux pris qu'il s'agit de Goldman Sachs.
REMARQUEZ QUE CE N'EST PAS BLANKFEIN QUI EST ACCUSE MAIS LE FRANCAIS PATRICK TOURRE (lien sur Copains d'avant (4)) : "«Tourre et Goldman Sachs sont responsables de l'impression fausse (d'un investisseur trompé) selon laquelle Paulson faisait un pari à la hausse, plutôt qu'à la baisse», a accusé la SEC"
A ce propos, demandez-vous pourquoi cela a pris 2 ans et demi à la SEC pour faire un procès alors que tout le monde sait que la banque a parié sur la chute des subprimes ? 
Bref... pendant que GS va être brûlé sur le bûcher des médias, la SEC, elle, s'en sort miraculeusement sans scandale géant. Magnifique. Et sachez que si Goldman Sachs ne risque pas grand chose, à part payer quelques millions, Paulson, lui, risque presque la chaise électrique puisque les médias le désignent déjà comme le grand responsable. Pourtant il a distribué une grande partie de sa fortune aux associations et aux gens surendettés car il était un peu dégoûté de la manière dont il a gagné son argent.
Petit détail: savez-vous qui sont les gens de la SEC ? "Des financiers" vous allez me répondre. Ou des "policiers spécialisés dans la finance". Erreur: ce sont tous des avocats, incapables de comprendre quoi que ce soit aux montages financiers ultra complexes de Wall Street. Cela a été une décision de Washington afin de laisser les magouilleurs tranquilles. Excellent, non ? Je me demande pourquoi ils n'y ont pas mis des charcutiers... 
Revue de Presse par Pierre Jovanovic
Comme vous me connaissez un minimum, je suis allé voir par moi même ce rapport de la SEC (tout ce qu'il y a de plus officiel donc), je ne l'ai bien évidemment pas lu en entier, mais seulement la conclusion (page 149) qui est accablante effectivement pour la SEC elle-même :
The OIG investigation found that the SEC’s Fort Worth office was aware since 1997 that Robert Allen Stanford was likely operating a Ponzi scheme, having come to that conclusion a mere two years after SGC, Stanford’s investment adviser, registered with the SEC in 1995. We found that over the next eight years, the SEC’s Fort Worth Examination group conducted four examinations of Stanford’s operations, finding in each examination that its sale of CDs through SIB could not have been “legitimate,” and that it was “highly unlikely” that the returns Stanford claimed to generate could have been achieved with its purported conservative investment approach. While the Fort Worth Examination group made multiple efforts after each examination to convince Enforcement to open and conduct an investigation of Stanford, no meaningful effort was made by Enforcement to investigate the potential fraud, or to bring an action to attempt to stop it, until late 2005.
On comprend donc que la SEC était effectivement au courant des agissement de Stanford (comme elle devait être au courant de ceux de Madoff) mais qu'elle n'a "fait aucun effort pour enquêter sur la fraude potentielle ou pour agir afin de l'arrêter, jusqu'à la fin 2005". 

Le pot aux roses :
On comprend donc que les derniers remous de la presse autour de la plainte de la SEC contre Goldman Sachs passent sous silence le plus grave dans toute cette affaire : Le fait que MÊME LE GENDARME de la bourse aux USA n'est qu'une officine de crabes corrompus par Wall Street
Une affaire de corruption qui n'aurait pas du passer à la trappe de cette manière, mais après tout, continuons à prendre les gens pour des cons, et à leur faire croire que la police veille : Qui ira lire les rapports de la SEC, compliqués, qui comptent plus de 150 pages ?

Merci à notre Jovanovic National d'avoir ramené cette information cruciale.


(1) Le rapport officiel de la SEC (PDF) : http://www.sec.gov/news/studies/2010/oig-526.pdf
(2) Article de la CNBC concernant le rapport officiel de la SEC: http://www.cnbc.com/id/36601719

Aucun commentaire:

Publier un commentaire